» » » » » Lire une personne comme un livre (français) ; Camille Baldi

Lire une personne comme un livre (français) ; Camille Baldi

10,00

1 en stock

Description

 

Résumé


La forme d’un nez, l ‘arc des sourcils, l ‘arrondi d ‘une oreille sont autant d’ éléments d’une mosaïque qu ‘il faut savoir reconstituer et interpréter pour dresser le portrait psychologique d’une personne.

Détails sur le produit


  • Format: Livre broché
  • Auteur  : Camille Baldi
  • Pages : 153
  • Langue: français
  • Genre: psychologie
  • Editeur : De Vacchi
  • Date parution: 1988
  • ISBN : 2-7328-0969-1
  • Livre d’ occasion : bon état

 

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Lire une personne comme un livre (français) ; Camille Baldi”

Description du produit

Revue de presse

Édité par l'association Notre Europe, présidée par Jacques Delors, cet ouvrage tire les leçons de cinquante ans de construction européenne et de réconciliation franco-allemande.Joseph Rovan retrace les efforts de rapprochement franco-allemand, de 1920 à nos jours, en passant par le traité de l'Élysée de 1963. Ce traité, que de Gaulle estimait mort-né, est toujours vivant trente-cinq ans plus tard, malgré d'innombrables incidents de parcours. Le couple franco-allemand a su transcender ses désaccords pour relancer le char de l'Europe à plusieurs reprises. Aujourd'hui, la construction européenne, confrontée à des problèmes de grande ampleur dans un contexte international profondément changé, aurait besoin d'une nouvelle impulsion franco-allemande forte, mais les difficultés politiques intérieures des deux pays et le changement des rapports de force dans le monde rendent ce sursaut plus difficile.

Donate Kluxen-Pyta s'intéresse au dilemme Europe-nation dans le contexte de l'euro et de l'élargissement. Présenté comme un simple prolongement du grand marché européen, l'euro soulève en réalité des questions politiques de grande portée et son caractère sélectif s'inscrit en rupture avec le dogme de cohérence globale qui a jusqu'ici inspiré la construction européenne. L'élargissement de l'Union européenne apparaît ingérable sans une refonte du système institutionnel et du fonctionnement de la Commission. Il est temps de décider enfin vers quelle forme d'Europe l'on souhaite se diriger (fédérale, confédérale, associative) et comment organiser son contrôle démocratique, ce qui soulève la redoutable question de l'existence d'un hypothétique peuple européen.

Laurent Bouvet compare les concepts de "nation-contrat" (modèle français) et de "nation-génie" (modèle allemand). L'Europe, issue d'un processus d'auto-création sans réflexion, apparaît aujourd'hui comme un objet politique non identifié, qui combine impuissance nationale et insuffisance européenne. Le déficit démocratique reflète moins la dérive technocratique bruxelloise que le retard croissant du politique (empêtré dans ses rigidités) sur l'économique (dynamisé par la mondialisation). Il faut proposer aux peuples une utopie collectivement attrayante. Il faut réenchanter l'Europe.

Karl Lamers considère la construction européenne comme une immense réussite, si l'on pense à la situation de 1945, mais ni le traité de l'Élysée ni celui de Maastricht ne suffisent plus. Il faut dire jusqu'où l'on veut aller en matière d'élargissement, et jusqu'où porter la solidarité. Il faut parler d'une seule voix dans les instances internationales et traiter les États-Unis en partenaires-concurrents, et non en adversaires. Les craintes qu'inspire la puissance de l'Allemagne réunifiée se dissoudront d'elles-mêmes si l'Allemagne se fond dans une Europe politique, dans une grande communauté solidaire.

Jacques Delors conclut en invitant les jeunes générations à ne pas imputer à la construction européenne les maux qui affectent nos sociétés ; à comprendre que les rapports de force entre la France et ses partenaires européens - l'Allemagne en premier chef - et entre l'Europe, les États-Unis et le reste du monde, ont radicalement changé et qu'il faut en tirer les conséquences ; à restaurer le lien social mis à mal par la course à la compétitivité ; à relancer enfin un débat démocratique par trop négligé. Les malentendus franco-allemands subsistent parce que l'on est resté à la surface des choses, mais en les approfondissant, on trouvera des pistes pour consolider l'amitié des deux peuples et construire une Europe plus à même de maîtriser son propre destin. -- Pierre Bonnaure -- -- Futuribles

Biographie de l'auteur

Jacques Delors a été, notamment, ministre de l’Économie et des Finances, président de la Commission européenne et président du Conseil de l’emploi, des revenus et de la cohésion sociale.
Dominique Wolton est docteur en sociologie. Directeur de recherche au CNRS, il a fondé en 2007 et dirigé jusqu’en 2013 l’Institut des sciences de la communication du CNRS (ISCC).